Le 17 novembre je participe au blocage général et après?

S’ils ne sont pas racistes, sexistes, homophobes, exclusifs … tous les mouvements citoyens et populaires sont respectables et dignes d’intérêt, y participer n’est pas de mon point de vue se fourvoyer même si l’on est engagé dans un parti politique. C’est au contraire ne pas y être qui laisserait le champ libre aux récupérations, aux mauvaises réponses apportées par des gens malveillants à de vraies questions posées par cette initiative. Il faut s’y habituer, avec le double mouvement, rejet de la politique (que je regrette et je combat) ou volonté de faire de la politique autrement et avènement de la révolution informationnelle, des réseaux sociaux…, des mouvements comme celui proposé pour le 17 novembre vont se développer. Les ignorer, les mettre au banc, voire même les boycotter sans les analyser, les comprendre serait une erreur. Le 17 novembre des citoyens ont lancé par le biais des réseaux sociaux un mouvement de blocage « non-violent », « responsable » pour protester notamment contre le prix des carburants. Et cela à l’air de prendre! Interrogeons nous sur le pourquoi! Pourquoi les partis politiques voir même des associations : écolos, communistes, insoumis… n’ont pas su ou pu réussir cela. Cela ne veut pas dire pour moi qu’ils sont obsolètes. Les députés, communistes notamment, sont porteurs de propositions au parlement qui répondraient positivement aux revendications de ce mouvement du 17 novembre, mais je suis sur que la plupart des personnes qui vont y participer ignore cela. Alors j’ai envie d’écrire que ceux qui savent que ces propositions existent doivent y participer. Ils doivent dire que depuis longtemps déjà des citoyens, des associations, des politiques, pour qui on ne vote pas toujours massivement, travaillent à ces questions et sont porteurs de propositions permettant la baisse du prix du carburant et bien d’autres prix.

Je participerai au mouvement le 17 novembre! Et après on fait quoi?

Je pense qu’il faut y aller avec des propositions en tête et à défendre, j’en vois quelques unes : la nationalisation de Total (objectif zéro dividende payé aux actionnaires, zéro évasion fiscale, zéro profit inutile); imposer une taxe à toutes les compagnie pétrolières qui voudraient vendre un litre de carburant en France, celle-ci compenserait la baisse exigée du prix du carburant; investir dans la recherche de véhicules roulants propres, économes en carburant et à des prix accessibles à tous; investir largement dans une politique de transports collectifs publics routiers mais surtout et avant tout ferroviaires (voyageurs et fret) avec un développement rapide et intelligent d’un maillage national, régional et départemental très ambitieux, performant impliquant une tendance rapide à la gratuité des transports … Pour cela il faut exiger aussi une autre politique fiscale qui lutte, avec la même pugnacité par exemple que l’on « chasse » les excès de vitesse, contre la fraude et l’évasion fiscale, qui élimine certaines niches fiscales, qui fasse payer les grands groupes nationaux et multinationaux, qui mette à contribution la finance pour changer radicalement cette politique du carburant et des déplacements. 

Voilà le sens que je donne à ma participation au mouvement du 17 novembre. Et si on pouvait si possible ne pas trop gêner nos concitoyens mais plutôt leur rendre la journée plus facile en organisant par exemple la gratuité de certains accès etc… cela ne serait que mieux!

Nicolas Garcia.

2 réflexions au sujet de « Le 17 novembre je participe au blocage général et après? »

  1. SALUT NICOLAS,

    BRAVO.Ton article correspond exactement à ma position mais tu l’as beaucoup mieux exprimé que je ne l’aurais fait.
    AU 17.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *