Nous devons faire de la ressource en eau une propriété et une exploitation collectives!

La ressource en eau est un problème récurrent qui se pose au pays et notre département. La presse en a fait état souventes fois ces derniers temps, Indépendant, Semaine du Roussillon, Travailleur Catalan, Radio Arrels, France 3, France Bleue … ont consacré des sujets et des dossiers plus ou moins long sur la question. Je crois que c’est bien. Le Conseil Départemental et le syndicat mixte des nappes de la Plaine du Roussillon, qui sont parmi les acteurs majeurs de l’eau, fournissent l’essentiel des données sur lesquelles s’appuient tous les services Etat, Chambre d’agriculture, collectivités territoriales, agence de l’eau. En outre le Département, sa présidente et moi même, portons une proposition audacieuse de création d’un syndicat mixte départemental de production d’eau potable, qui vise à mettre en commun, à gérer et exploiter ensemble toute l’eau prélevée en milieu naturel et dans les nappes afin d’en assurer sa qualité et de l’économiser.  Ces dernières semaines, comme écrit plus haut,  la presse a évoqué les problèmes d’eau dans notre département, elle a relayé les justes inquiétudes des populations et des élus locaux. Le préfet prolonge les arrêtés sécheresse à partir des informations piézométriques extrêmement alarmantes fournies notamment par le syndicat mixte des nappes de la plaine du Roussillon que je préside par délégation de la présidente du Conseil Départemental. Des maires sont amenés à procéder à des coupures de nuit, d’autres s’y préparent. Pourtant en la matière nous n’avons mangé que notre pain blanc. Même s’il neige an montagne, il ne pleut pas dans le piémont et en plaine, chaque année nos besoins en eau augmentent jusqu’à devoir atteindre 15 à 20 millions de M3 supplémentaires dans trente ans. La situation est vraiment grave, mais notre département à largement les moyens de faire face, si tout le monde fait ce qu’il faut pour palier le réchauffement climatique et les longues périodes de sécheresse qui se profilent. Pour nous devons prendre dans l’urgence un virage à 180°. Voilà pourquoi le Conseil Départemental porte l’idée d’un syndicat mixte départemental, réunissant toutes les collectivités responsables de l’eau, pour gérer, exploiter et mettre en commun, toute la ressource en eau de notre territoire. Maitriser quantitativement et qualitativement la production de l’eau, c’est-à-dire les prélèvements en milieu naturel et dans les nappes, assurerait durant les 50 ans à venir l’autosuffisance et éviterait de faire appel à la désalinisation ou au tuyau du Rhône. Personne peut rejeter d’emblée cette proposition, ni pour des intérêts politiciens, ni pour des intérêts économiques, ni parce qu’il se croit à l’abri de la pénurie. Non personne n’est à l’abri, que l’on soit en altitude, que l’on pompe son eau sur les territoires voisins ou dans des nappes superficielles apparemment abondantes mais de fait très sensibles aux sécheresses et à la pollution. La solidarité sera nécessaire pour mutualiser et partager la ressource mais aussi pour faire face aux investissements indispensables. Les citoyennes et citoyens, les associations d’usagers peuvent agir auprès de leurs élus pour que ces derniers réussissent avec l’eau ce que notre département a réussi en matière d’ordures ménagères, de restauration et transport scolaire.

Nicolas Garcia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *