Le 10 mars à Alénya pour que vivent l’Humanité, Le Travailleur Catalan et avec eux le pluralisme de la presse.

Conférence de presse le 7 mars au siège du Travailleur Catalan. Le pluralisme de la presse, défendu et imposé par le Conseil National de la Résistance et le Général de Gaulle à la libération, est mis à mal. A cette époque la nation défendait les journaux qui pensaient et écrivaient différemment pour qu’ils ne soient jamais pénalisés dans leur diffusion par les forces de l’argent, ce pluralisme était, entre autres mais notamment, incarné par l’Humanité quotidien communiste national fondé par Jean Jaurès en 1904 et Le Travailleur Catalan, hebdomadaire communiste d’aqui, qui vit le jour le 26 juillet 1936. Aujourd’hui c’est le contraire qui, insidieusement, se produit, puisque l’Humanité a vu l’aide de l’Etat amputée d’un million d’€ pour faible recette publicitaire. C’est à dire que si les forces du fric décident de ne pas choisir un média pour faire de la publicité, ce dernier est à terme pénalisé par l’Etat. Ces journaux connaissent aujourd’hui d’énormes difficultés financières, les mêmes rencontrées par toute la presse écrite et par un recul du nombre de lecteurs. Et même si l’Huma est celui dont la baisse du lectorat est la plus faible de tous les quotidiens nationaux, elle paie cher son statut de journal d’opinion. Pour l’heure, le 7 février dernier, la justice compétente a validé le plan de continuation proposée par la direction du journal. En clair le tribunal de commerce de Bobigny a décidé de placer l’Humanité en redressement judiciaire, assorti d’un plan de continuation, avec une période d’observation de six mois renouvelables. Cette décision et la période de transition qui s’ouvre désormais doivent permettre, dans un premier temps, de consolider la trésorerie de nos journaux à court terme, tout en travaillant à un projet de pérennisation de ces entreprises. Bien évidemment la campagne de dons et de souscription est indispensable, elle fonctionne de manière spectaculaire (comme en témoigne initiative pour l’Huma le 22 février à Paris) et nous allons continuer car effectivement la trésorerie immédiate s’est améliorée. Mais le redressement durable de l’Huma, de l’Huma Dimanche et du TC, passe par une promotion des contenus, une augmentation du nombre de lecteurs et d’abonnés. L’initiative de repas et de prise de parole auxquels participera Patrick Appel-Muller, rédacteur en chef de l’Humanité, dimanche 10 mars au Parc Ecoiffier d’Alénya, entre 11H45 et pour une bonne partie de l’après-midi, participera bien évidemment de la souscription (une urne sera placée à l’entrée pour récolter les dons, au delà du prix du repas), cible à la fois la dimension souscription et la dimension mobilisation pour la lecture et l’abonnement.

Nicolas Garcia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *